ADRAR/ RÉSISTANCE : LA HIJRA OU LES DERNIERS JOURS DE L’EMIR SID’AHMED (VIDÉOS)

ADRAR/ RÉSISTANCE : LA HIJRA OU LES DERNIERS JOURS DE L’EMIR SID’AHMED (VIDÉOS)


Sid Ahmed Ould Ahmed Ould Sid Ahmed Aida , élevé et éduqué par l’érudit Cheikh Ma El Aïnin dans le nord du pays , a seulement 15 ans, lorsqu’il prend la tête de l’Emirat de  l’Adrar en 1905 , alors que la région traverse  une longue période d’anarchie.

Malgré que la moitié  sud du territoire mauritanien ( Trarza 1902,Brakna 1903, Tagant 1905 ) est  désormais occupée par les colons français. Lesquels ont même  réussi à entrer à Atar (suite à la bataille d’Amatil ) en janvier 1909, l’Emir  (et ses partisans) n’a  jamais laissé répits aux nouveaux envahisseurs, jusqu’à sa mort héroïque les armes à la main.

Sid’Ahmed  participa à toutes les grandes batailles de la résistance : Tidjikja, Amessaga, Amatil, Hamdoun, Ksar Torchane, Ouadane, etc. Mais, en 1912, il est finalement capturé par le colonel Patey, commissaire du gouvernement colonial pour la Mauritanie, puis envoyé en résidence surveillée à Saint-Louis, capitale administrative coloniale du Sénégal et de la Mauritanie.

En 1913, il est autorisé à rentrer en Mauritanie avec le titre d’Emir.  Malgré cela, ses relations avec l’administration coloniale restent tendues et, en 1918, il est renvoyé en exil à Saint-Louis une seconde fois et son pouvoir mis aux mains d’un Conseil régional local.

Il est à nouveau libéré mais ses pouvoirs s’étant amenuisés,il décide alors , en mars 1932, la Hijra (Exil au nord du pays, aux fins d’obtenir des armes et continuer la résistance).

Il tint la dernière réunion de sa cour, dans le domicile de l’armurier Brahim Ould Khlil à Kanaoil , au cours de laquelle il  confia ses intentions à ses proches collaborateurs.

La suite des évènements est narrée par l’adjudant-chef de police ( à la retraite), Khattar Ould M’Haimed Hammou , se référant à un texte ,sous forme de pièce théâtrale, écrit par les jeunes patriotes d’antan : Mohamed Said Homody et Moustapha Ould Sidi Baba . Laquelle pièce théâtrale a remporté la médaille d’or, lors du premier festival des jeunes, tenu à Nouakchott en 1962.


Ce fut le temps où le patriotisme, en tant que sentiment de fierté et de dignité préoccupait , motivait et caractérisait les jeunes et moins jeunes des époques précédentes.


Aujourd’hui,l’appât « matériel et confort »  semble avoir pris le dessus sur le civisme et la sacralité de la chose publique.



Adrar infos


Pour déterminer- au mieux – les faits, le narrateur a mené lui même sa propre enquête . Il a , pour cela,  rencontré des témoins oculaires. Il raconte :



يتم التشغيل بواسطة Blogger.