Hydrogène vert : notre salut et notre plus grande richesse durable à l’avenir ?

Hydrogène vert : notre salut et notre plus grande richesse durable à l’avenir ?


Akhbarnouadhibou - Actuellement en Mauritanie et de par le monde, l’énergie utilisée provient quasi-exclusivement de combustibles fossiles, qui ne sont pas de ressources renouvelables. Certes, c’est l’une des énergies les moins chères. Elle est néanmoins la principale responsable du réchauffement climatique qui entraine des dérèglements majeurs de notre biosphère (sécheresses, pluie diluviennes, tempêtes, élévation du niveau de la mer avec la triste perspective de disparition de plusieurs très grandes villes côtières). Par conséquent, la réduction des effets des gaz à effet de serre, produits suite à la consommation massive et sans cesse croissante de cette énergie est d’une actualité brulante, tant au sens propre (incendies ravageurs et mortels) qu’au sens figuré. Il s’agit donc de trouver une solution urgente et durable pour lutter contre l’augmentation de la température mondiale.
L’hydrogène est l’une des solutions les plus prometteuses. C’est probablement l’élément le plus abondant sur terre. Il est rarement trouvé sous sa forme pure. Il faut donc l’extraire et les procédés d’extraction nécessitent de l’énergie. Il peut être produit en utilisant pratiquement n’importe quelle source d’énergie naturelle : fossile (gaz, pétrole, charbon) ou renouvelable (éolien, solaire). Dans le premier cas, on parle de l’hydrogène gris. Dans le second cas il s’agit de l’hydrogène vert.
L’Europe, pionnière dans ce domaine, s’est engagée depuis au moins une décennie dans une nouvelle stratégie de croissance sans émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici 2050, où l’hydrogène vert aura un rôle évident à jouer. 
Considérant que la production d’hydrogène vert à partir de sources renouvelables est essentielle, l’électrolyse de l’eau devient une priorité, et avec elle, la nécessité de se tourner vers la mer pour ne pas augmenter la pression déjà excessive sur les eaux douces et concurrencer les autres usages vitaux, surtout dans un pays désertique, comme la Mauritanie, où cette denrée de première nécessité est déjà très rare. 
Consciente de ces enjeux économiques et environnementaux, notre pays s’est lancé depuis mai 2021 dans le processus de ce nouvel usage de l’hydrogène vert. A ce stade, il peut être considéré comme l’un des pionniers au niveau africain. Ainsi, avec CWP Global, nouvel acteur dans les énergies renouvelables au niveau mondial, la Mauritanie a signé en mai 2021, un accord de principe pour la production de l’hydrogène vert. Il est attendu un impact social, économique et environnemental à la mesure des investissements colossaux prévus de quelques 40 milliards dollars : contribution à la neutralité carbone en 2050 en Mauritanie mais surtout dans les marchés de destination ; création de milliers d’emplois générés directement ou indirectement avec une croissance à 2 chiffres. 
Cette compagnie prévoit d’utiliser les 30 GW d’énergie éolienne et solaire pour produire et exporter l’hydrogène vert et ses dérivés dans le monde entier. Les sites retenus sont situés dans la zone nord de la Mauritanie à proximité du littoral. Le choix de cette zone pourra s’expliquer par trois raisons principales. 
- Gisement éolien onshore et offshore le plus important du pays. Ce gisement est d’ailleurs le principal responsable de l’exceptionnelle richesse halieutique de la zone nord grâce au phénomène d’Upwelling permanent; mu par le vent. 
- La seconde raison est la nécessité de la proximité de l’eau qui est la « matière première » pour l’électrolyse. La Mauritanie est un pays désertique avec peu de ressources en eau douce. C’est principalement à proximité ou dans la mer que ces projets de grande envergure peuvent être réalisées. 
- En fin, cette production est destinée à être exportée principalement vers les pays européens et cette zone nord est la plus proche de ce marché.  

Dans la même lignée la compagnie britannique Chariot a été autorisée par le Ministère du Pétrole, des Mines et de l’Energie à faire des études de faisabilité pour la production de l’énergie renouvelable (Vent et Soleil) dans trois sites différents situés dans la zone littorale nord de la Mauritanie, pour une capacité de 10 Gigawatt pour produire de l’Hydrogène vert. L’un des sites est un parc éolien offshore mauritanien en face du PNBA qui s’étire sur 200 km avec un tarif d’achat de l’électricité le moins cher d’Afrique suivant cet opérateur. Cette zone à priori idéale est à la fois caractérisée par des vents forts, des variations saisonnières limitées et des fonds bathymétriques inférieurs à 20m. Le développement d’une solution intégrée de production d’hydrogène vert dans cette zone de l’offshore mauritanien aura des incidences économiques et sociales majeures en plus de son intérêt écologique à l’échelle planétaire. Néanmoins, l’exploitation de ce site offshore, une fois jugée faisable et rentable, ne manquera pas de susciter une forte controverse de la part des acteurs de base : les pêcheurs et les environnementalistes en raison de ces impacts parfois négatifs sur des habitats critiques mais aussi sur certaines espèces marines et de l’avifaune. De par ses retombées économiques, sociales et environnementales très positives, ce projet structurant ne manquera pas d’adeptes y compris parmi les environnementalistes (contribution à lutte contre le changement climatique à l’échelle planétaire) et les pêcheurs (les éoliennes jouent le rôle de récifs artificiels, les zones adjacentes où la pêche est permise sera plus riche en ressource halieutique).

Les combustibles fossiles sont une ressource épuisable et ne peuvent être trouvés que dans certaines régions du monde. De plus, leur prix relativement élevé mais surtout volatile est l’une des causes des conflits majeurs qui menacent la stabilité et le développement de plusieurs régions du monde. 

L’hydrogène vert est considéré comme le carburant le plus important de l’avenir, avec un fort potentiel pour répondre à la demande mondiale d’énergie tout en réduisant les émissions de CO2 et leur impact sur le réchauffement climatique. 

L’hydrogène vert est un vecteur énergétique propre et efficace et une économie basée sur cette ressource naturelle inépuisable pourrait être considérée comme la solution d’avenir pour la sécurité énergétique et même la durabilité des écosystèmes et de la vie humaine sur terre. 

Au niveau énergétique, l’hydrogène paraît donc être la solution idéale pour l’humanité entière mais particulièrement pour des pays en développement comme le nôtre où le délestage de l’électricité est encore notre lot au quotidien.

Plusieurs facteurs défavorables au décollage économique et social du pays dont en particulier un sous-investissement persistant de la production et la distribution de l’énergie à prix réduits sont pointés du doigt. 

C'est d'ailleurs l'une des raisons principales de notre sous-développement. la question qui se pose à ce niveau pourquoi les très grands atouts de la pêche maritime à Nouadhibou et les minerais de fer de la SNIM, qui donnent à notre pays des avantages comparatifs très importants à l'échelle mondiale, ne sont pas transformés sous forme de produits finis sur place pour créer des dizaines de milliers d’emplois inclusifs et avoir une croissance à deux chiffres ? 

En définitive, ce type de projet de production de l’hydrogène vert dans la zone de Nouadhibou qui sera très structurant ne manquera pas de créer une économie circulaire vertueuse avec à la clé des dizaines de milliers d’emploi et une croissance accélérée. Une intégration verticale sera désormais possible entre différents secteurs (par exemple le fer transformé sur place en acier sera utilisé pour la construction des bateaux de pêche côtiers et hauturiers dans un chantier naval construit à cet effet). 

Ce partenariat, pour une croissance intelligente et durable, est l’un des plus grands atouts du pays avec la mise en valeur du potentiel de l’énergie renouvelable de classe internationale de cette Wilaya insuffisamment ou non exploité.

Avec tous ses atouts, la Mauritanie se permettra -t-elle de rater ce virage de l’hydrogène vert ?

Dr. Mahfoudh Sidi / Docteur en   écologie halieutique
Spécialiste  pêcheries écosystèmes pélagiques    



يتم التشغيل بواسطة Blogger.