شنقيتل

شنقيتل
Sahel Dév

Baie de l’étoile : destruction en cours du principal refuge des habitants de Nouadhibou ?

Baie de l’étoile : destruction en cours du principal refuge des habitants de Nouadhibou ?


Akhbarnouadhibou - L’écosystème marin et terrestre de cette Baie est soumis à diverses menaces anthropiques, notamment la dégradation des habitats des prairies de spartine, le dérangement de la faune, de la flore et de l’avifaune, la pollution, la surexploitation des ressources halieutiques…
L’installation de nombreuses résidences secondaires en dur sur le front de mer (baie du Lévrier et baie de l’Etoile), se fait au détriment de l’accessibilité du site à des fins de récréation par le public, de son aspect naturel et de sa propreté. c'est le cas aussi de l'installation du quartier Tarhil en 2010 et son extension rapide à proximité immédiate du site.
or toute construction modifiant le transport sédimentaire par le vent ou les courants en amont pourrait sérieusement affecter le bilan sédimentaire de la baie, changeant profondément son hydrologie notamment par une fermeture/ouverture de son embouchure.
La dégradation poussée des prairies à spartine est observée, en raison notamment de l’enfouissement sous les déchets issus des quartiers périphériques et leur prélèvement pour l’alimentation des camelins (arrachage, coupe, broutage) avant leur abattage.
La surexploitation par les estivants de certaines parties accessibles aux piétons de ce site naturel constitue un réel problème, notamment en raison du piétinement, du bruit. Or le bruit anthropique menace les systèmes écologiques, y compris les ressources culturelles et la biodiversité.
La pollution sonore constitue une menace insidieuse qui dérange de manière très visible les oiseaux, les crabes et le périophtalme. Ce qui risque d’altérer le cycle de vie de ces espèces. Différentes sources sonores sont à signaler : la proximité de l’aéroport fait que tous les avions passent au-dessus de cette baie à basse altitude.
D’autres risques de pollution de la baie sont aussi à signaler. Des détritus (décharge) au nord ou à l’ouest de la baie seraient immédiatement charriés par le vent dans la baie.
Les rejets urbains et industriel, rejet de matériel de pêche (pots à poulpe, filets mono filaments...) et de à la pollution chronique ou accidentelle (en cas de marée noire) par les hydrocarbures ou les PCB sont des sources potentielles.
La Baie de l’Étoile se situe sur la façade ouest de la Baie du Lévrier, à une dizaine de kilomètres au Nord du centre-ville de Nouadhibou. La grande Baie du Lévrier reçoit les effluents d’une centaine d’usines de pêche, d’une dizaine de ports, des centrales électriques…
Un autre problème environnemental croissant dans la Baie est lié à la pollution plastique en raison de la proximité de nouveaux quartiers résidentiels, malgré l’interdiction des sachets plastique. Les microplastiques représentent la plus grande menace toxicologique, car ils se transmettent facilement dans le réseau trophique marin. Le plastique peut aussi occasionner de fortes mortalités chez les tortues marines, qui peuvent les confondre avec des méduses, l’un des mets préférés de certaines de ces espèces.
Les espèces comme les huitres importées de l’étranger peuvent constituer aussi une menace. A l’heure actuelle l’introduction de ces huitres se fait sous forme de naissains triploïdes. Elles ne peuvent plus se reproduire. Ce qui limite très grandement le risque de leur échappement et de leur colonisation du reste de la Baie et des zones adjacentes et donc de devenir une espèce envahissante lorsqu'elle rencontre une niche écologique qui leur est favorable.
Les filets en mono-filaments encore largement utilisés par des pêcheurs artisans dans la zone, malgré leur interdiction officielle constitue une menace pour la biodiversité en raison de leur faible sélectivité et les prises accessoires très élevées produites par cet engin de pêche, entraînant la mort d’un nombre élevé de poissons non ciblés constitués principalement de juvéniles.
Ces filets mono-filaments, perdus ou abandonnés, continuent à tuer le poisson (pêche fantôme). La putréfaction des individus ainsi capturés occasionne une perturbation de l’écosystème et fait fuir les individus de certaines espèces. Ces filets sont souvent cités comme la première cause des pertes humaines lors des baignades de jeunes estivants.
Nous allons consacrer un prochain posting à la pêche étant donné son importance socio-économique mais aussi ces impacts écologiques. 
Mahfoudh Sidi
Nouadhibou


يتم التشغيل بواسطة Blogger.