شنقيتل

شنقيتل
Sahel Dév

L’accord de pêche avec la Mauritanie reste le plus important de l’UE (eurodéputé espagnol) - Interview


 Millán Mon: « La flotte a besoin de certitude, de tranquillité et d’un horizon clair »


Francisco Millán Mon, député européen et membre de la Commission européenne des pêches, L’accord de pêche avec la Mauritanie reste le plus important de l’Union européenne

Quel bilan faites-vous de la situation que la flotte galicienne a vécue en Mauritanie ces dernières années avec les crises, les blocus, les baisses de prix, l’arrivée de la pandémie …? Quel bilan faites-vous de la situation que la flotte galicienne a connue en Mauritanie ces dernières années avec crise, blocus, baisses de prix, arrivée de la pandémie …?

La flotte galicienne pêchant dans les eaux mauritaniennes a dû traverser pas mal de tempêtes. Les blocus récurrents à la frontière nord de la Mauritanie, qui affectent tant la flotte de fresques, ont jusqu’à récemment été un véritable casse-tête pour les armateurs. Je me souviens que déjà en février 2019, nous avons demandé une solution à la Commission européenne. De plus, les restrictions dérivées de la pandémie ont rendu extrêmement difficile la prise en charge de l’équipage, et la fermeture du canal HORECA, également due au coronavirus, a fait chuter les prix. Quoi qu’il en soit, et malgré toutes ces difficultés, l’accord avec la Mauritanie reste le plus important accord de pêche durable de l’Union européenne.

En ce qui concerne l’accord de pêche avec la Mauritanie, pensez-vous que cette semaine devrait être le dernier cycle de négociations?

Naturellement, la situation due à la pandémie ne facilite pas exactement la fluidité des négociations. Je suis convaincu que le cycle de négociations de cette semaine aidera les deux parties à rapprocher leurs positions et à parvenir rapidement à un accord équilibré et mutuellement avantageux. Je vous garantis qu’à Bruxelles, le Parti populaire mène la pression politique pour débloquer les négociations. Le porte-parole du PP européen au sein de la commission de la pêche, Gabriel Mato, et moi-même, avons adressé des lettres à la Commission et au Conseil pour les exhorter à promouvoir l’accord.

Que signifierait-il en termes économiques et sociaux pour la flotte espagnole de devoir arrêter son activité en novembre si un nouvel accord n’est pas trouvé?

L’accord de pêche entre l’UE et la Mauritanie est essentiel pour garantir l’activité de la flotte espagnole qui opère dans les eaux du pays africain. L’accord bénéficie aux navires de Galice, des îles Canaries, d’Andalousie et du Pays basque. On parle d’une cinquantaine de navires, dont 11 coquilliers, 11 dédiés à la légine, 4 palangriers de surface, 6 palangriers de fond et une vingtaine de thoniers. Ces navires font un grand usage des possibilités de pêche de cet accord et ne disposent généralement pas d’alternatives à cette zone de pêche, à l’exception, par exemple, des thoniers. Ce serait une très mauvaise nouvelle pour nous tous si les parties ne parviennent pas à un accord.

Une troisième extension pourrait-elle être approuvée? Quelles seraient les conséquences?

Aucune des parties ne voudrait recourir à cette voie. La deuxième extension était inévitable car la pandémie a empêché le cours normal des négociations, mais nous ne pouvons pas nous installer dans une situation d’extensions annuelles. La flotte a besoin de certitude, de tranquillité et d’un horizon clair. Un nouveau protocole offre également la possibilité d’améliorer les conditions du protocole actuel et actuellement étendu. La plénière du Parlement européen a elle-même exprimé sa préférence pour un nouvel accord. Dans l’idéal, la négociation devrait se terminer avant l’été afin d’entamer les procédures de ratification à temps.

Que pensez-vous de la réduction de la compensation économique proposée par l’Union européenne à la Mauritanie? Pensez-vous que c’est une proposition réussie?

Je sais que la question de la compensation économique est un point controversé. Il y a quelques semaines, mon collègue Gabriel Mato et moi-même avons insisté dans une lettre adressée au commissaire à la pêche et au ministre portugais, qui assure la présidence tournante de l’UE, sur la nécessité de faire un effort pour conclure un accord très important pour les deux parties. Aujourd’hui, le commissaire Sinkevičius nous a confirmé qu’il partageait pleinement l’objectif de renouveler l’accord le plus rapidement possible. Je pense également que l’Union doit être consciente de la pertinence de la Mauritanie en tant que partenaire et même en tant que pays voisin (n’oublions pas sa proximité avec les îles Canaries), non seulement pour la pêche, mais aussi dans la lutte contre le terrorisme et en importe la gestion ordonnée des flux migratoires. C’est également un pays clé pour parvenir à la stabilité dans une région aussi complexe et traversant une phase aussi conflictuelle que le Sahel.

Pour ce nouveau cycle de négociations, la Consellería do Mar a insisté sur les demandes de réintégration des céphalopodes dans le futur accord. Pensez-vous qu’il sera atteint? Pensez-vous que c’est une demande qui devrait attendre?

Je comprends parfaitement que le conseiller demande que le céphalopode soit inclus; Moi aussi j’aimerais. La vérité est que ni le protocole de 2012 avec la Mauritanie ni le protocole de 2015 en vigueur et prolongé ne sont envisagés de possibilités de pêche pour la «catégorie 8», qui comprend les captures de céphalopodes, et en particulier de poulpes. Il est vrai que depuis 2017, si je me souviens bien, les parties se sont mises d’accord sur un quota pour les calmars et les calmars de la catégorie 2 bis. Bien sûr, j’aimerais, j’insiste, que le nouvel accord inclue également la pieuvre. Cependant, au vu de ce contexte et après avoir voyagé en Mauritanie en 2018 avec une délégation de la Commission Pêche du Parlement européen, je ne pense pas que les progrès sur ce point soient faciles.

Pensez-vous que la stabilité des flottes du frais de catégorie 2 et 3 en Mauritanie est menacée?

Je connais l’importance de la pêche au poisson frais en Mauritanie pour la flotte maritime. De plus, c’est une flotte qui n’a pas beaucoup d’alternatives au poisson. Lundi dernier précisément, lors d’une réunion du Parlement européen avec la directrice générale des affaires maritimes de la Commission, Charlina Vitcheva, j’ai attiré votre attention sur la pertinence pour la Galice de ces deux catégories, deux et trois. Je ne doute pas que l’activité de cette flotte soit bénéfique sur le plan social et économique, également pour la Mauritanie. Dans tous les cas, je pense que les plus grandes divergences dans les négociations en cours ne concernent pas le merlu et le pomfret, mais les petits pélagiques (catégorie 6) et la faible utilisation par certains segments de la flotte européenne des potentialités qu’offre l’accord (principalement Navires néerlandais, polonais et lituaniens).

Diario de Pontevedra, 26 fév 2021

يتم التشغيل بواسطة Blogger.